Quand les autorités locales ne sont pas là pour empêcher les militants francophones d’apposer des affiches électorales en français dans la périphérie bruxelloise, les nationalistes flamands n’hésitent pas à « jouer à la police ». Tout en ajoutant une solide couche de provocation…

Quelques candidats et militants de la liste Union des Francophones ont tenté en vain d’apposer des affiches électorales en français à Halle, commune qui interdit la présence de telles affiches sur ses panneaux officiels. Ils ont été refoulés, non pas par la police locale qui avait délégué une poignée d’agents sur place, par moments dépassés par les événements, mais par plusieurs dizaines de militants nationalistes flamands dans un climat très tendu.

[…] ils ont tenté en vain de s’approcher des panneaux de la commune de Halle […]. Face à eux, se trouvait une septantaine de militants du TAK et du Vlaams Belang, bien décidés à ne pas les laisser s’approcher.

Les deux agents communaux n’ont pas été en mesure d’empêcher que les nationalistes arrachent brutalement les affiches et le seau de colle que les candidats avaient emportés.

Devant la tension palpable, les manifestants francophones ont renoncé à leur projet au bout d’une vingtaine de minutes, arrosés à plusieurs reprises à l’aide d’un pulvérisateur par des hommes déguisés en infirmiers pour les décontaminer de la « Waalse griep » (grippe wallonne).

L’action a été suivie de près par un huissier de justice présent parmi les badauds. « Nous voulons simplement user de notre droit démocratique d’informer les électeurs de l’existence des candidats francophones à l’élection du parlement flamand. Tout cela ne va pas dans le sens de l’intérêt de la Belgique« , a expliqué Damien Thiéry, en flamand, à Mark Demesmaeker […] Celui-ci se trouvait devant les militants nationalistes, sans prendre part aux agressions physiques de plusieurs d’entre eux.

Disant constater un extrémisme grandissant, Damien Thiéry a par ailleurs insisté sur le fait qu’il ne considérait pas l’attitude des manifestants nationalistes comme représentative de celle de la population flamande dans son ensemble. En Brabant flamand, plusieurs communes ont pris des mesures pour empêcher, ou limiter l’apparition d’affiches de candidats francophones aux élections du 7 juin prochain. A Hal, les autorités communales ont décidé de réserver l’affichage électoral aux seules listes néerlandophones, à Affligem, la commune surcolle les affiches francophones, alors que Machelen, Beersel et Kapelle-op-den-Bos ont décidé de n’installer aucun panneau d’affichage du tout.

[…]

Sincèrement je ne sais pas si ça va finir un jour cette histoire… Non mais aller, c’est le devoir du citoyen d’aller voter et c’est logique que les politiciens/nnes des différents partis viennent coller leurs affiches à droite et à gauche pour se faire un peu de pub.

Et je trouve vraiment ça comme un manque de respect de les arroser avec des pulvérisateur ou encore de siffler pendant que quelqu’un se fait interviewer. Il y a d’autres comportements plus appropriés pour faire passer leurs messages, comme en ayant un comportement d’adultes? non?

Bon tant pis!^^

Source  & reportage

Publicités