J’attendais ce jour depuis longtemps. Non pas pour me taper 8 heures de route mais bien pour admirer ce paysage magnifique, dévaler les pistes de ski mais aussi m’amuser avec les autres. Les 8 heures de bagnole ce sont plutôt bien passées, l’arrivée également. Voiture déchargée en moins de 2, nous étions impatientes d’aller louer notre matos (mais c’était déjà fermé). Nous nous y somme donc rendues ce matin, en espérant ne pas avoir du matos pourri.

Après direction l’ESF. Nous prenons un moniteur (oui bon, vous l’aurez compris) pour avoir des cours de snowboard d’1h30 juste pour Ornella & moi. Le cours n’aura lieu qu’à 11h45 et en attendant, warriors (je dirais même warrieuses) que nous sommes, nous nous essayons au snowboard sur la piste de lancement. Cul trempés, genoux qui commencent à sentir la douleur du snowboard, je me rends compte que finalement ce ne sera pas le pied droit devant mais le gauche.

11h15, je retourne à la location pour changer le sens de mon snow. Chose faite, je retourne sur les pistes, plus que 30 minutes avant que le mono arrive! (on espère qu’il sera mignon, jeune toussa quoi).

Lorsqu’aux alentours de 11h20/25, bardaf c’est l’embardée, je me relève de mon snow, je me relève mal je présume et crack le genou (bah oui, comme d’habitude quoi)! Les larmes. Quand il me fait ce coup là, il est assez autonome, il craque mais se « re-craque » directement et mis à part une petite douleur passagère, rien de trop grave.

Mais ici, était-ce l’altitude? Il ne se remet pas. J’ai mal et je ne saurais vraiment plus monter sur ma planche, ce qui me met bien les nerfs. Je suis finalement redescendue à l’hôtel, et en ai « profité » pour avancer sur mon TFE.

Voilà ma première journée de vacances. Je tiens à remercier Benjamin Poucet qui était à l’école avec moi et qui est également la personne de l’équipe adverse qui, en essayant de rattraper la balle pendant le cours de gym (et moi de même) m’a fait tomber, mauvaise réception et genou « foutu ». Sans lui, mes vacances au ski seraient tranquilles et joyeuses à souhait. Maintenant je ne dis pas, ce qui est fait est fait mais chaque année, la semaine du ski, c’est le même problème qui revient.

Aujourd’hui après-midi repos et si demain ça va mieux je retourne sur mon snowboard et je reprendrais des cours (sinon c’est la catastrophe assurée au niveau du genou)!

Big up à mes petits lecteurs de Belgique, comme je n’y suis pas! (mais les Français comptent aussi) ainsi que tous les autres!

Niilah

Publicités