Non je ne vous parlerais pas de sexe, certainement pas de diamants non plus mais bien du dernier ouvrage en date (si je ne me trompe pas) de Lauren Weisberger, qui n’est autre que l’auteur de « Le Diable s’habille en Prada ».

Bien entendu, je n’ai jamais lu ou même vu « Le Diable s’habille en Prada » bien que l’envie soit là! Mais lorsque, désespérée, je cherchais un petit ami papier pour m’accompagner dans le train, c’est avec des étoiles dans les yeux que j’ai découvert ce livre et cet auteur. Bien entendu, je ne savais pas dans quoi j’allais m’aventurer, surtout qu’à 8 euros, j’espérais ne pas être déçue, parce que des heures de train j’en ai!

Sexe, diamants et plus si affinités... Lauren Weisberger
Sexe, diamants et plus si affinités…

Acquisition de l’arme du crime faite, c’est avec enthousiasme et impatience que j’entame ma lecture. Assise, un peu de soleil pour éclairer ma lecture, la fenêtre légèrement entrouverte pour évacuer les odeurs nauséabondes de ces touristes revenant de walibi (joke) je commence. Et je n’accroche pas. Enfin si, un peu, mais à première vue je trouve que l’auteur dévie beaucoup trop par rapport à la situation des personnages.

Mise en situation: On sonne à la porte, qui c’est? Non parce que le lundi soir Ursula (c’est un fake) ne reçoit jamais personne, ne décroche pas le téléphone etc, serait-ce la voisine du dessus? etc, etc et ce n’est que 2 voire 3 pages plus loin que l’on apprends (enfin alleluia) qui sonne à la porte.

Je décide d’abandonner ma lecture pour l’instant. Le train étant trop bruyant (oui le train, mais aussi les gens) j’avoue que j’ai du mal à poursuivre ma lecture. Ce n’est qu’en revenant du ski, une semaine plus tard, que je décide de commencer ce bouquin, qui je suis sure va me plaire, mais qui me donne un peu trop de fil à retordre.

Allez voilà je me lance, je suis lancée et… je finis le livre. Je n’attends que ça de prendre le train pour poursuivre ma lecture, pour savoir ce qui arrivera à Leigh, Adriana et Emma, ces 3 amies aussi différentes de l’une à l’autre mais qui décident de se lancer un défi: changer de vie. Et si c’était possible? Elles ont la trentaine tout rond (enfin c’est ce qu’elles disent ça!), sont belles, ont, à priori, tout pour être heureuse sauf que…

Je n’en dirais pas plus, ce livre d’une moyenne de 400 pages m’a rappelé mes copines Carrie, Miranda, Samantha et Charlotte de Sex and the city, cette bande de copines sexy, qui profitent de la vie,des bons cocktails et des soirées mais qui cherchent toutes la même chose: l’amour.

Il me rappelle également ce que chaque humain ou presque ressent: qui n’a pas eu envie, au moins une fois dans sa vie d’être aimé, de vouloir changer radicalement son train train quotidien? Quitter l’homme parfait pour les autres mais pas pour nous, quitter son boulot parce que ce n’est pas ce dont on rêvait ou changer de ville, de pays, voyager et découvrir d’autre contrées en laissant tout tomber?

J’ai vraiment dévoré ce livre et j’ai accroché quelques pages plus loin (que le début vous savez, quand elle sonne à la porte hein.bon). Alors à vous, mesdames, je vous conseille de lire ce livre dare dare, que vous preniez le train ou non, lisez le en conduisant s’il le faut mais lisez-le!

Sur ce, je vais attaquer du Bernard Werber et quand j’en aurais fini avec lui, j’irais surement me procurer les autres livres de Lauren Weisberger: « Le Diable s’habille en Prada » et « People or not people? »

Si vous voulez en savoir plus sur cette nana, c’est par ici que ça se passe!

Publicités