Bientôt 6 mois que je suis à Montréal (ça ne vient pas à une dizaine de jours près hein), et même si pour l’instant je n’ai pas encore vécu mon aventure pleinement (j’entends par là, voyages etc), je mène plutôt une vie tranquille ponctuée du boulot, de bars, et de quelques sorties entre amis. Dans le fond, pareil qu’en Belgique mais à Montréal =D

Jusque là vous me direz que ça vallait bien la peine tout ça! Mais que nenni! Faut le temps de se poser aussi, de renflouer les comptes tout en essayant de se faire plaisir! Les voyages vont arriver, chaque chose en sont temps!

Mais ce que j’appelle le « syndrome des 6 mois » c’est qu’à ce moment ci de mon périple, de mon aventure, mes proches me manquent tellement que d’un côté j’ai hâte de tous les retrouver mais je sais bien aussi qu’en rentrant, Montréal va me manquer atrocement.

Parce que c’est ici que j’ai pris mon indépendance, que j’ai grandi, que j’ai vécu une vie d’adulte où je paye mes factures, où j’habite « toute seule », où je bosse (enfin ça en Belgique vous me direz que c’était le cas aussi). Mais les dépenses n’étaient pas les mêmes.

Tout ces paysages d’appartements avec escaliers sur l’extérieur vont me manquer, mon métro, mon bus, mon appart… mes habitudes à Montréal.

Et en même temps quelle joie de retrouver tout le monde, ses anciennes habitudes. Mais le fait d’avoir pris ma première indépendance ici, j’ai l’impression d’habiter ici et que je n’habiterais jamais nulle part d’autre!

Mais, mes chers amis belges, je vous rassure, je rentre toujours en Septembre, parce que vous me manquez trop! En attendant je vais me remplir la tête de beaux souvenirs du Canada 🙂

See ya!

Publicités