A toi le temps, qui passe sans même que l’on s’en rende compte, qui fait partie de tout nos souvenirs, qui nous donne des limites.

Si mon PVT m’a bien appris une chose, c’est que le temps, on ne le gère pas comme on veut et qu’il faut en profiter tant qu’on peut! Que si c’est le moment M, l’instant I et l’heure H, pourquoi reporter? Par fainéantise, parce que voila, l’être humain est fainéant!

Seulement, être fainéant, on peut l’être aux moments opportuns (il y a un instant pour tout dans le fond non?) et ce moment là c’est quand rien ne nous attends et qu’on ne peut rien rater!

Le temps joue contre nous, c’est lui qui me rappelle que j’ai 23 ans, que j’habite au bout du monde de chez moi, que je me dis que j’aurais peut être du commencer ça plus tôt, ça m’aurait permis de faire un autre PVT par la suite. Mais là j’ai 23 ans, mon PVT approche à sa fin et je commence à avoir envie de me poser. Alors, on fait avec. On se dit « Je ne partirais pas un an, mais 3 semaines/1 mois » on se dit que le temps, eh bien, il est passé bien vite!

Alors malgré qu’il ne nous permette pas de profiter de tout à rallonge (est-ce vraiment mal dans le fond?). C’est aussi grâce à lui qu’on a nos meilleurs souvenirs, parce que c’est arrivé au bon moment, avec les bonnes personnes et que ça a duré le temps qu’il fallait!

Alors souvenez-vous d’une chose: le seul facteur qui peut vous ralentir dans un de vos objectifs, c’est le temps. Mais rare sont les fois où il vous empêche d’atteindre votre but 🙂

Alors prenez-le ce temps et utilisez-le tant que vous le pouvez parce qu’après vous ne l’aurez plus et ce qui est perdu, on ne le récupère pas!

Publicités