La dernière fois (avant la fois que je vais vous raconter) que j’ai fait un voyage en car c’était au Canada pour aller à Boston (et avant ça à NYC). On avait préféré prendre le car par agence organisée car c’était moins cher. Après comme on avait Marin avec nous qui connaissait NYC comme sa poche on en avait rien à foutre d’avoir un guide et à Boston on a fait pareil! En gros on a bien profité du car, basta. Pourtant on appréhendait un peu car c’était une agence chinoise (allez savoir pourquoi ils étaient dans les moins chers). On redoutait déjà un peu le voyage « oh ils vont prendre des photos de tout » (-> vrai), « ils vont tout le temps parler chinois » (-> vrai) « ils vont être chiants » (-> FAUX! (comme dirait Norman)).

Et bien sincèrement si j’avais su j’aurais préféré garder ce souvenir agréable de voyage en car avec des Chinois plutôt que ce voyage en car, moins long mais tellement plus pénible, avec des Belges!

Pour ceux qui ont lu l’article il s’agit du voyage pour aller jusqu’à Canterbury. Pour avoir travaillé en plaine de vacances avec des enfants et pour y avoir déjà testé mes limites, je peux vous dire que, enfin, j’ai atteint mon rupteur… avec des gens qui ont le double de mon âge (attention j’ai quel âge, hein?!).

Notre long périple commence donc à 3h du matin (déjà parce que on a du se lever tôt mais bon, on l’a voulu). Rendez-vous à 4h du matin sur le parking du Briko dépot à Fontaine pour le départ. Evidemment comme j’ai tout le temps peur d’être en retard je suis toujours trop en avance (bah quoi?) et du coup après quelques minutes d’attentes et quelques photos, apparaissent les 3 cars qui vont nous emmener à Angleterre. Jusque là vous allez me dire que tout va bien (on aurait du rentrer chez nous à ce moment là).

Par facilité les groupes sont déjà formés (par les organisateurs) pour que tout le monde prenne place dans le car (et puis c’est vrai c’est pas con). Donc on se retrouve dans le car n°3 avec une bande d’énergumènes (j’essaie de rester polie hein) juste à côté de nous (pour vous situer nous étions tout à l’avant du car côté conducteur, ils étaient 20 et prenaient l’autre première partie du car).

On a vite déchanté. Parce que les zigotos ils étaient plein morts. Le pire de tous (enfin lui et son pote étaient du même level) est le propriétaire d’une pizzeria et donc lui et ses amis ont fait la bringue toute la nuit dans la dite pizzeria en descendant 6 ou 7 bouteilles de whisky, encore une dans le car suivie d’une bouteille de Limoncello… Puis comme ils n’avaient plus rien ils ont continué à la bière. Ayant bu toute la nuit et n’ayant pas fermé l’oeil de la nuit ils ont commencés à chanter (hurler, en fait), dire des insanités à gauche et à droite (ah oui, il faut savoir que le pizzaïolo était accompagné de son fils de 14 ans, sa fille de 25 ans et sa tendre et charmante épouse) du style « ta gueule, connard! », mettre des perruques (oui je sais, wtf?), et faire aller le sifflet à tout bout de champ. De quoi, à 4h du mat, déjà tester nos limites.

Et là nous n’étions même pas encore en France!!! A savoir que les gens qui s’amusent ça ne me dérange pas, mais je pense que le respect d’autrui est un minimum et qu’ils comprennent que si ils ont envie de s’amuser d’autres ont envie de dormir et qu’à un moment il faut savoir s’arrêter aussi (et je ne faisais même pas partie de ceux qui voulaient dormir, ni s’amuser en fait…).

Bref, pour vous passer les détails le voyage est déjà bien pénible jusqu’à Dunkerque où cette bande de gais lurons, toujours et encore bien entamés faisaient toujours les imbéciles dans le car alors que nous nous apprêtions à passer la douane et qu’il fallait absolument être sur le premier Ferry, en même temps que les deux autres cars.

On passe la douane (avec eux, malheureusement) et lorsque nous embarquons dans la Ferry la fille du Pizzaïolo dit « Oh! On monte dans le bâteau avec le car?!?! » éh oui *gros soupir*. J’ai eu envie de lui dire, au fond de moi « non, connasse, on loue un car, on se tape 3h de trajet avec ton père insupportable, pour ensuite ne pas prendre le Ferry avec, pour ensuite louer un car de l’autre côté, dans un autre pays et surtout la douane a fouillé le car juste pour nous faire perdre du temps, idiote« . Mais bon vu son père je me suis dit que, la pauvre, elle était déjà pas partie avec le bon jeu de carte dans la vie alors…

Un peu de répit sur le Ferry « ouf » mais arrivés à Dorve ils ont quand même réussi à faire les imbéciles sur le bateau (jouer dans l’ascenceur avec le poids de celui-ci, c’est même un employé qui a du les sortir et obligés à descendre par les escaliers) à jour avec le cordage du bateau à l’emplacement des véhicules… et lorsque le car descends du Ferry le Pizzaïolo sort la réplique qui tue « oh il a neigé ici! » D’ailleurs oui, ici le vent est tellement fort et tellement à l’horizontal que il a neigé mais que sur la roche apparente juste en face de nous. Non pas sur les maison, ni partout ailleurs, juste sur la roche. On lui a dit qu’il pouvait toujours mettre ses skis et voir si c’était de la neige et il était malgré tout persuadé d’avoir raison.

Après notre visite de Canterbury (expliqué dans l’article précédent) nous remontons dans le car et là, miracle on a eu, 20 minutes de sursis? Avant qu’ils commencent à s’énerver parce que le Ferry était en retard, qu’on attendait encore quelqu’un, que ceci, que cela… Bref, arrivés à Dunkerque on se dit qu’ils vont quand même dormir (enfin je sais pas avec une nuit blanche, 8 bouteilles d’alcool et la visite d’un marché de Noël y a un moment t’as envie de faire un petit somme non?!) et bien non, ces gens là ils veulent chanter!

C’est donc tout naturellement qu’à 22h ils ont demandé exigé la karaoké! Bon, tout le monde pestellait un peu mais ils ont eu gain de cause! Du coup un cd, deux cd, trois… 1h30 plus tard ils en redemandaient encore (heureusement qu’il n’y avait plus de cd quand même…). Mais quand celui-ci est terminé malgré tout ils continuent à faire les imbéciles, à déranger tout le monde. Jusqu’au moment où le gamin de 14 ans (le fils du pizzaïolo qui au passage parle à sa mère comme une merde et se prends pour un caïd de Harlem) commence à gueuler comme un putois avec une voix criarde d’une gamine de 9 ans juste derrière nous.

Mais y a un moment le rupteur il saute et on ne se contrôle plus. C’est donc instinctivement que je me suis retournée vers lui en lui demandant si il avait pas envie de la fermer un peu. Lui, genre « mais ça va j’ai rien dit » (un gamin quoi) et son père qui dit « c’est bien fiston, t’as bien fait de répondre » et sa mère qui commence à gueuler, je cite « et mais si t’as pas envie de t’amuser faut rester chez toi« ; « c’est quoi ces gens qui ne savent pas vivre en communauté » (la c’était l’hôpital qui se foutait de la charité mais soit) que si je voulais dormir j’avais qu’à rester chez moi blablabla…

Cette pauvre femme je lui ai répondu que ce n’était certainement pas elle qui allait m’apprendre la vie en communauté et que d’ailleurs elle ferait bien d’aller voir la définition au dictionnaire (encore faut-il qu’elle sache ce qu’est un dictionnaire), que ils n’arrêtaient pas de faire chier tout le monde depuis 4h du matin et que son gamin n’arrêtait pas de gueuler comme un con etc.

[Sincèrement je ne me souviens plus exactement de notre « conversation » car j’ai vu tellement rouge que j’ai déblatéré tout ce que j’avais à dire et puis c’est tout, mais c’était à peu près ça].

J’ai fini par me rasseoir parce que c’était mieux que je me calme. Quand je suis en colère j’ai tendance à pleurer pour extérioriser ma haine mais là j’avais carrément envie de vomir (véridique).

Alors à ces gens là j’ai envie de leur dire merde. Vous n’êtes que des pauvres petites personnes qui se saoulent devant leur fils de 14 ans, qui n’ont aucune éducation, aucun savoir-vivre, aucun savoir-être et qu’ils sont inciviles. Qu’ils n’ont aucune hygiène de vie et aucun respect (que ce soit pour eux ou pour autrui). Et que c’est à cause d’eux que beaucoup de personnes n’ont plus envie de faire des activités en société. Parce que des gens cons et alcoolisés c’est dangereux…

Voilà donc pourquoi je ne voyagerais plus en car.

Enjoy

– niilah –

Publicités