Voila,

J’ai ouvert ce blog, lorsque j’étais en première année d’un baccalauréat en Communication à la HEPH Condorcet. Désormais, je suis tout fraîchement diplômée.

Et c’est une page qui se tourne. Maintenant, l‘école est finie, j’ai un diplôme en poche et d’énormes souvenirs.

Je me souviens, en première année, j’avais commencé des études pour être institutrice maternelle (ou pré scolaire, comme on disait là bas) à l’ENCBW à Nivelles. Après un mois environ, je me suis rendue compte que ce n’était pas ça ma vocation, que certes j’adore les gosses, mais que je ne veux pas en faire mon boulot (et encore moins jusqu’à 65 ans). Après un test au SIEP, je me suis réorientée vers la communication, et j’ai choisi la HEPH Condorcet (à l’époque IPSMa) pour sa proximité (oui j’avoue).

Après quelques mois, je n’étais plus trop motivée pour aller à l’école, j’avais surtout envie d’arrêter et de me trouver un boulot, même si je n’avais que mon diplôme d’éducatrice A2 en poche. Heureusement, mes parents on su m’ouvrir les yeux, faire en sorte que je me rende compte de ce choix qui n’était pas forcément le bon.

Et je ne regrette vraiment pas. Certes cette école n’est pas la plus prestigieuse, la plus renommée, la plus difficile ou je ne sais quoi d’autre. On y a eu de sales blagues, des coups tordus de toute part, des crêpage de chignons (et ça, de tous les côtés). Mais je dois avouer que dans cette école, avec ses 3 couloirs du bâtiment C, ses classes préfabriquées dans le bâtiment B et son auditoire (appelée aussi cave à la base) du bâtiment A, j’y ai découvert de chouettes personnes, j’y ai fais de bonnes expériences, des stages qui m’ont vraiment appris beaucoup (et ce, pour chacun d’entre eux), certains profs qui étaient là pour nous, pour nous soutenir dans nos projets et aussi nous faire comprendre qu’on devait se comporter comme des grands.

Je ne regrette pas ces 3 ans, parce que 3 ans dans une vie ce n’est rien, surtout si à la fin de ces années on obtient un diplôme, qu’on en sort plus grands, plus matures et rempli de souvenirs. Certains n’ont pas vécu cette expérience comme moi, mais en tout cas j’avoue que l’école, ça va un peu me manquer!

La troisième était vraiment la meilleure des années. Parce qu’on a organisé plein d’évènements, que l’on a appris à mieux faire connaissance avec l’autre classe, qu’on a eu, pour la plupart, des stages enrichissants, qu’on a du présenter notre TFE (malgré ma petite note, je suis fière de ce que j’ai pondu parce que j’ai quand même mis 1an à le faire ce TFE hein), qu’on a tourné un court métrage et qu’on s’est marées comme des truies.

Alors c’est avec un peu de nostalgie que je quitte cette école, certains de ses professeurs et aussi toutes ces personnes que j’y ai rencontrées. Certes d’ici 1an (même moins) je ne parlerais plus à tout le monde, parce que c’est la vie que quand les études se finissent on ne reparle pas forcément à tout le monde même si on les appréciaient!

Au passage, je voudrais remercier toutes ces personnes, des personnes que j’ai rencontré et qui au fil du temps se sont révélées êtres des ami(e)s ou même des gens qui sont là, peu importe le prétexte, pour vous (faire la fête, parler, boire un verre, étudier,…), ces professeurs, ces vrais professeurs qui étaient là aussi pour nous remettre dans le droit chemin, pour nous écouter, nous donner du boulot mais surtout, le plus important, nous apprendre des choses! Et je souhaite également remercier les endroits où j’ai réalisé mes stages (CEME, Carsid, CHU Tivoli et Communicationweb) parce que j’y ai appris énormément, que chacune des personnes que j’y ai rencontrées ont été des rencontres enrichissantes, intéressantes et chaleureuses. Elles m’ont donné envie de devenir quelqu’un, de faire un boulot que j’aimerais, elles m’ont appris (je dis accessoirement elles aussi parce que toutes mes maîtres de stages étaient des femmes) ce qu’est le vrai travail, que même si parfois on n’a pas envie, il faut le faire, qu’il faut gagner sa croûte et surtout la mériter. Que le travail correct et acharné donne de l’expérience et que se remettre en question n’est pas une chose négative mais quelque chose qui fait grandir.

Tout ce petit monde se reconnaîtra! Encore merci pour ces 3 années enrichissantes!

Au revoir l’IPSMa, au revoir les stages, les examens, les interros, les évènements à organiser et bonjour à ma nouvelle vie, mon boulot, mes collègues, mes projets d’avenir.

Publicités